IMG_7366

La lecture du livre d'Éric Chevillard m'avait rappelé l'image de la tortue cosmophore vue dans une exposition de la galerie Kugel. Passant hier au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris, j'ai vu une oeuvre de Hans Schabus. Ces quatre tortues semblent avancer ; elles ne portent pas le monde entier mais seulement elles-mêmes. Et vont de par le monde (quand celle du livre d'Éric Chevillard, pourtant tortue de Floride, achetée quai de la Mégisserie à Paris, n'est pas sortie de son petit aquarium). Le titre de l'oeuvre de Hans Schabus est Wanderlust (qu'on peut traduire par "bougeotte"). Il me semble qu'il ne s'agit pas d'évoquer le trafic de tortues qui passe les frontières mais plutôt de symboliser les migrations. Et sans doute aussi d'illustrer l'adage hérité des Grecs et des Romains : "Hâte-toi lentement". De plus, ces quatre tortues pourraient aussi représenter une autre expression : "Qui veut voyager loin ménage sa monture" : celles-ci sont en effet interchangeables.