Un lieu où l'on a envie d'entrer, de s'arrêter, d'aller jusqu'au fond de l'espace. Quelques animaux, un chien peint, un coq en métal, une baleine suspendue. Une toile immense représentant l'arc du Pont Mirabeau. Mais, avant d'arriver là, on traverse plusieurs pièces.

fullsizeoutput_3861 fullsizeoutput_3862

fullsizeoutput_3864

fullsizeoutput_3863

Accueilli par des toiles de Philippe Fontaine où semble naître la lumière ou l'écriture, puis quelques pas parmi les géographies de Stéphanie Ferrat que j'avais plaisir à retrouver et dont je sais qu'elles ont une face cachée, intrigué par les impressions de Hans Bouman, paysages ou corps qui s'inscrivent dans mon regard même, aspiré par le silence des toiles de Noriko Fuse, j'y ai fait plusieurs allers-retours, et n'en suis sorti que par un réel arrachement. Merci à la Galerie Univer d'avoir ainsi suspendu le temps.

L'exposition y est visible jusqu'au 16 mars 2019.