_z8a2109

Deux Sophie, deux Guillaume. Elles chantent (Sophie Jolis, Sophie Kaufmann), Ils chantent et s’accompagnent au piano (Guillaume Ménard) et à la guitare (Guillaume Nocture). D’abord, ils montrent leurs voix et ce qu’ils peuvent en faire mais, surtout, ils chantent comme ça leur chante. Et ça plaît bien au public. Une mise en scène signée Marinette Maignan et Eddy Lacombe. Des chamallows à l’opéra, des duos sur la longueur des jours, des poupées du Kentucky et traitées aux barbituriques, et surtout des mots qui tournent dans tous les sens, des mots en virelangues, des hiboux, des gros rats et les plis des plaids. Le temps passe sans qu’on en prenne la mesure, la seule mesure étant celle de leurs talents et de leurs sourires. « Naître et mourir pour la paix », cette phrase, qui reste en tête quand on sort, si noble et généreuse, chantée à quatre voix, est-elle un virelangue ou, comme le propose sur son site le Garde-mots, un calembour ?

J’ai essayé, et ça donne ce qui suit :

virelangue ou calembour - (vi)
relent goût cale en bourg vit - (re)
langue où cale Hambourg Vire oeufs - (lan)
goût qu’à l’an bourr’ vire lent - (gue ou)
calembour virelangue où - (ca)
l’embout r’vire langue ou cas - (lem)
bourr’ virelangue ou calant - (bour)
virelangue ou calembour 

(faites la même chose avec « naître et mourir pour la paix »…)

 

vz-858294D8-A7E6-41A1-90D8-90C03AF581F2

J'ai vu ce spectacle aux Déchargeurs, à Paris, où Les dézingués du vocal jouent tous les lundis soir à 21h30 jusqu'au 1er avril 2019