28 février 2019

La dernière folie de Claire Darling, de Julie Bertuccelli

Bien sûr il y a Catherine Deneuve (mêmes initiales que Claire Darling) et on sait qu’elle joue mais on se laisse prendre une fois ou une autre, par une phrase bien sentie, par une réaction dans la solitude. Cette femme se défait de tout pour disparaître. Mais pour se défaire de tout, elle doit tout revoir, les objets, les souvenirs qui surgissent d’un simple mouvement de caméra, surtout les mauvais souvenirs. Ceux qui la font alors solitaire dans cette grande maison trop pleine et qu’il faudrait vider. Mais est-ce seulement possible... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2019

Même pas en rêve, de Vivien Bessières

Tim est timide, Tim est timoré, Tim est somnambule, mais ce qui lui arrive dans ce livre, il ne l’a même pas vu en rêve. Au lycée où il entre en seconde, pensionnaire, il est le souffre-douleur de quelques-uns. Un seul ose le défendre, c’est Louis. Et il se dit, Tim, que ses problèmes ne sont rien à côté de ceux de Louis, dont la mère est morte et qui est diabétique. Mais cette année scolaire sera difficile, très difficile pour l’un comme pour l’autre, en compagnie de spectres, « de choses vécues qui tourmentent notre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2019

Avant le lac, de Sophie Braganti

Le lac, c’est celui de Serre-Ponçon. Dans le lac, il y a un village englouti, avec ses maisons, son église, dynamitée. Des noyés peut-être. On y pense ou on n’y pense pas quand on y reste à la surface. Sophie Braganti y découvre des objets, bouteilles, clou, barbelés… Elle interroge l’Ancien, cherche des souvenirs, des photos, un film. Pour ne pas oublier. Elle choisit d’écrire des phrases incomplètes, des bouts de phrases dans lesquelles on trouve des dates, parfois seulement un adverbe : « Déjà. » Sans doute parce que tout ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 février 2019

Kirina, chorégraphie de Serge-Aimé Coulibaly, musique de Rokia Traore, livret de Felwine Sarr

Sundjata Keita est le fondateur de l’empire mandingue au XIIIe siècle. Né infirme, il parviendra, à l’âge de sept ans, à se mettre debout, et c’est à l’issue d’une bataille à Kirina qu’il conquiert le titre de Mansa (roi des rois). L’épopée de Sundjata Keita traverse le spectacle de la troupe de Serge Aimé Coulibaly. Des musiciens sur scène, deux chanteuses, une musique composée par Rokia Traore, neuf danseurs déployant une énergie incroyable, et des figurants qui passent sans cesse de jardin à cour, de cour à jardin, puis entrent... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 février 2019

Deux recueils d'Adeline Baldacchino

Ce sont des « poèmes pour », « pour jouer avec la lumière » ou « pour traverser l’hiver ».  Les premiers, 33 poèmes composés dans le noir (pour jouer avec la lumière), sont 33 comme dans un autre recueil, 33 sonnets de Jean Cassou. Ils ont une forme presque fixe : six strophes de sept vers chacune. Je ne saurais ici interpréter ces chiffres mais il faudrait sans doute le faire. La référence liminaire à Jean Cassou est certainement liée à la notion de secret, d’intime, de solitude, « les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 février 2019

Y entendre goutte

Sur le site expressio.fr, on peut lire : « N’y entendre goutte Voilà une goutte propre à nous mettre le doute. Car nous savons tous, même ceux qui ne sont pas de Marseille, ce qu'est une goutte, cette toute petite quantité de liquide qu'on représente généralement sous une forme à peu près sphérique et qui, entre autres, nous tombe dessus en grande quantité lorsqu'il pleut à verse.Mais si vous avez bien lu le paragraphe précédent vous avez noté le « petite quantité de liquide ». Enlevez maintenant le liquide. Que reste-t-il ?... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

22 février 2019

Le pays de Rien, de Nathalie Papin - mise en scène de Betty Heurtebise

La scène est vide, obscure, marquée par quelques traits que traverse le roi, port de tête altier, geste ferme pour repousser le manteau, un roi sûr de ses choix : l’absence de tout, « pas de larmes, pas de rires, pas même une idée. Une idée, c’est pas rien. » La loi de ce roi, il prétend la tenir de ses ancêtres, mais il en a rejeté une part, cette part qui revient indirectement par la voix du garçon qui se présente, profitant d’une faille provoquée par un cri de la fille du roi. « Un cri, c’est un crime ». C’est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 février 2019

Aimé Nouma à la Rencontre poétique de février 2019 chez Tiasci-Paalam

C’est dans son quotidien qu’Aimé Nouma trouve ses mots et dans Paris où on pourrait le suivre, selon les noms des stations du métro, ou à la Gare saint-Lazare, ou encore dans le Quartier de l’Horloge. Au fil de ses déambulations verbales, souvent souriantes, on l’entend parler de ses amours, de ses embrouilles, de ses amitiés ou de personnages qu'il invente. Ce sont toujours les mots qui le mènent, les rythmes qu’il en fait surgir, les mélodies parfois qui les portent. Son prénom, par exemple, selon qu’on en prend le début ou la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 février 2019

Regarder, de Serge Mestre

La vie brève de Gerta Pohorylle a laissé derrière elle des feux encore allumés. Serge Mestre raconte, dans une langue souvent riche, dont il assume de temps et temps la narration à la première personne, ses combats, ses désirs, ses convictions. De 1933 à 1937, quatre ans seulement, quitter l’Allemagne qui chasse les juifs, arriver à Paris, rencontrer celles et ceux que les nazis traquent jusqu’en Italie, aimer sans vouloir n’être que la femme d’un seul homme et garder parallèles des vies qui se sont un peu éloignées. Aimer et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 février 2019

Les ronces, de Cécile Coulon

Cécile Coulon publie Les ronces fin 2018 chez Le castor astral. Ce recueil a obtenu le prix Apollinaire, cent ans après la mort du poète. Faut-il chercher un lien entre Cécile Coulon et Apollinaire ? L’une est attachée à son Massif central, l’autre est bien parisien. L’une choisit la forme poétique (des lignes qui ne vont pas jusqu’au bord de la page, des répétitions, marquant ainsi des rythmes) pour raconter des souvenirs, pour exprimer sa mélancolie, pour évoquer la nature. L’autre a choisi de bousculer la poésie au tournant du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,