310zfYn52ZL

« Marion où es-tu ? » Une femme, SDF, disparue, en rappelle une autre au souvenir de Michèle Lesbre.

Marion du Faouët est une femme, née en 1717 dans une Bretagne percluse de misère et d’injustice. Elle n’a pas appris à lire et à écrire, c’était pourtant le temps qu’on a nommé, depuis, le « siècle des Lumières ». Voleuse, exhibée dénudée, marquée au fer rouge de la lettre V, amoureuse, pendue à l’âge de 38 ans. Volant les riches, et partageant les gains deux fois par mois avec ses brigands, redistribuant aux plus pauvres, et refusant le crime de sang. 

Écrivant cette lettre à Marion du Faouët, Michèle Lesbre fait le lien avec ses propres engagements, regarde les siècles passés : les luttes des femmes, les criantes inégalités produites par les choix économiques, la pauvreté sur les trottoirs des villes… Pour écrire cette lettre, elle va sur les lieux où a vécu cette « brigande » puisqu’elle n’a pas de sépulture : maisons, marchés, prisons, chemins, la chapelle où elle s’est mariée sans prêtre et sans officier d’état civil, et la dernière prison, rue Obscure. Tous ces endroits dont l’histoire est recouverte aujourd’hui par de nouvelles constructions, des changements de noms de rues, et notre propre vécu. Et par notre « démocratie malade ».

Deux autres livres de Michèle Lesbre ont été présentés ici et .