31 janvier 2019

L'autre chambre, de Diane Schmidt

Quelque chose ne va pas sur la quatrième de couverture : entre guillemets « Deux femmes mises à nu dans un roman en prose ». C’est quoi au juste, la prose ? On appellerait bien Monsieur Jourdain pour qu’il nous dise. Parce que l’écriture du roman est faite de lignes interrompues avant le bord de la page. Est-ce de la poésie ? Mais peu importe, on lit le texte déchiré et violent, à la première personne du singulier, en trois parties. Deux solitudes et une tentative amoureuse. « Je suis venue pour lui. Je reste pour... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 janvier 2019

Deux tableaux au Bon Marché

Plusieurs tableaux sont accrochés aux murs du Bon Marché. Deux d'entre eux ont, cette fois, arrêté mon regard. L'un est de Marie-Claude Bugeaud, s'intitule Marie-Madeleine et je lui trouve une résonance particulière avec Simone, la Valkyrie de Joana Vasconcelos. L'autre, qui est en face, est de Philippe Cognée dont je viens de voir deux oeuvres dans l'exposition Persona Grata, au MacVal et au Musée national de l'histoire de l'immigration.
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 janvier 2019

Branca luz, de Joana Vasconcelos, au Bon Marché

L'escalator est pris dans les tentacules de la Valkyrie que Joana Vasconcelos désigne sous le nom de Simone. Une créature double, couverte de tissus frangés blancs, parcourue de lumières.   Expositions précédentes au Bon Marché : 2018, 2017, 2016
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 janvier 2019

Le Prince à la petite tasse, d'Émilie de Turckheim

C’est pendant la visite de l’exposition Persona Grata au Musée national de l’histoire de l’immigration que j’ai entendu parler du livre d’Émilie de Turkheim. L’œuvre est celle de Laure Prouvost, une silhouette en métal tenant un plateau sur lequel il y a quelques tasses pour le thé. C’est une scène récurrente dans le livre : « Reza est le Prince à la Petite Tasse. Celui qui a pris ses repas dans la boue des camps de réfugiés, et qui, arrivé chez ses hôtes, ne peut boire son thé que dans une tasse de fine porcelaine, redevenant... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 janvier 2019

Cercle égal demi-cercle au carré, par la Compagnie Difé Kako

Étrange titre pour un spectacle enthousiasmant : un peu mathématique, un peu géométrique, insistant sur la forme, et bien sûr pictural. Chantal Loïal et la Compagnie Difé Kako sont  allées chercher la danse où elle est née sous ces formes : carré, quadrille, cercle… Formes que l’on trouve encore dans les danses d'aujourd'hui. Et cherchant dans les patrimoines, elles font émerger un spectacle nouveau, nourri non des traditions mais des pratiques mouvantes : l’arrivée de l’accordéon et des percussions dans la musique du quadrille... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2019

À la fin de l'envoi

Prenons un extrait de Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand BALLADE DU DUEL DE L’HOTEL DE BOURGOGNE Je jette avec grâce mon feutre,Je fais lentement l'abandonDu grand manteau qui me calfeutre,Et je tire mon espadon ;Elégant comme Céladon,Agile comme Scaramouche,Je vous préviens, cher Mirmydon,Qu'à la fin de l'envoi je touche ! Vous auriez bien dû rester neutre ;Où vais-je vous larder, dindon ?...Dans le flanc, sous votre maheutre ?...Au coeur, sous votre bleu cordon ?...- Les coquilles tintent, ding-don !Ma pointe voltige : une... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 janvier 2019

Le poids de la neige quand elle tombe, d'Anne Collongues

Un déménagement. Tous les cartons de la vie quotidienne sont déjà prêts à partir. Reste le garage. Les souvenirs accumulés, enfouis, soudain mis au jour. Cette soudaineté n’empêche pas que l’exhumation en soit progressive. Les noms attachés à ces images, à ces objets retrouvés apparaissent page après page dans ce texte relativement court (une cinquantaine de pages). Ce n’est d’ailleurs qu’à un peu plus de la moitié du livre qu’on apprend le prénom de la narratrice. Quand elle se souvient d’un épisode marquant de sa vie, celui qui la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 janvier 2019

Le lambeau, de Philippe Lançon

J’ai commencé la lecture du livre de Philippe Lançon à la fin du mois de décembre. Il m’est arrivé une fois ou deux de me réveiller la nuit pour la poursuivre. Et j’ai soudain ressenti la nécessité de la terminer avant le 7 janvier. Parce qu’évidemment cette date revient dans le texte. Elle est celle d’un arrachement, celle de la mort, la mort de ceux de Charlie qui étaient réunis ce jour-là, mais aussi la sienne. Un homme en lui est mort, un autre a survécu. Ce livre n’est pas un journal ; il est écrit près de deux ans et demi... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 janvier 2019

Edmond, film d'Alexis Michalik

Au commencement est la voix. Celle de Sarah Bernhardt (Clémentine Célarié) disant des alexandrins dans une pièce ennuyeuse que même son auteur, Edmond Rostand (Thomas Solivérès), ne croit pas digne de succès. Au commencement, donc, la voix, l’oralité, l’auteur derrière le comédien, qui lui souffle le texte. Non. Au commencement, la voix n’est pas celle de Sarah Bernhardt mais celle d’Honoré (Jean-Michel Martial), patron de bistrot, qui voit tout, qui sait beaucoup, qui porte la culture et qui sert ses clients parmi lesquels deux... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 janvier 2019

Ballast (tenir tête, fédérer, amorcer), numéro 7

Vous entrez dans ce numéro 7 de la revue Ballast en vous glissant dans une rencontre improbable il y a encore peu de temps : trois femmes, une éducatrice spécialisée, une aiguilleuse de trains, une aide médico-psychologique dans une maison de retraite. Trois femmes en lutte pour la dignité. Trois femmes que le lecteur retrouvera plus loin dans la revue. Cette première rencontre éclaire assez bien l’esprit de la revue : militante, sans dogme. Et nous faisons connaissance avec Issa, né au Mali il y a 62 ans et vivant à Malakoff où il... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,