01 novembre 2018

Deux poèmes de Mandelstam (traduits par Henri Deluy)

Je pourrais m'étonner encore un peuDu monde, des enfants, de la neige,Mais l'authentique sourire, comme un cheminRebelle, n'est pas un domestique. (décembre 1936) Comme un cadeau tardifL'hiver se fait sentir en moi -J'aime qu'au débutSon élan soit indécis. Belle est sa frayeur,Début de choses terribles -Devant ce cercle déboiséLe corbeau lui-même intimidé. Mais surtout paraissent inconsistantes -Les saillies bleues azur.Demi-cercle temporel de glace,Des eaux bercées sans sommeil. (29-30 décembre 1936) extraits de Voronej... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,