Ma-pause-sans-ecran

« On désigne traditionnellement par le mot de « syllogisme » une forme tout à fait spécifique de raisonnement dont l’étude prend sa source dans l’Organon d’Aristote. Le syllogisme est usuellement décrit comme cette forme d’argument contraignant qui comprend deux prémisses articulant deux termes à un troisième et qui conduit à une conclusion liant les deux premiers. L’exemple le plus couramment invoqué du syllogisme entendu en ce sens est donné par le fameux :

Tout homme est mortel.
Or, Socrate est un homme.
Donc Socrate est mortel.

On reconnait dans cet exemple trois énoncés assertifs. Les deux premiers sont les prémisses du syllogisme. Ils articulent deux termes, « Socrate » et « mortel », qualifiés respectivement de petit et grand termes (ou de termes extrêmes), à un troisième terme, « homme », le moyen terme, commun aux deux prémisses. Le troisième énoncé assertif est la conclusion. Celle-ci lie les extrêmes et ne contient donc pas le moyen terme. Enfin, les mots « or » et « donc » ont pour but d’indiquer que celui qui admet conjointement les deux prémisses est contraint d’admettre également la conclusion. »

(Encyclopédie philosophique sur internet)

Précisons qu’au moins une des prémisses doit être affirmative pour que le raisonnement fonctionne correctement. Le principe veut qu’on pose une généralité ou une affirmation universelle dans la première prémisse et une particularité ou un individu dans la deuxième. Ce qui débouche assez facilement sur la conclusion.

Notons que, même si le raisonnement est bien construit, on peut obtenir des syllogismes faux. Et ce sont ceux-ci qui vont nous intéresser ici.

Exemple fameux :

Tous les chats sont mortels.
Or, Socrate est mortel.
Donc Socrate est un chat.

On peut en inventer d’autres :

Les ados passent leur temps sur leurs écrans.
Or, je passe mon temps sur les écrans.
Donc je suis un ado.

Le samedi, sur ce blog, c’est le jour où je publie un jeu d’écriture.
Or, je n’ai pas publié de jeu d’écriture le 1er avril 2017.
Donc, ce n’était pas un samedi.

C’est à vous main tenant. Postez dans les commentaires ci-dessous un ou deux syllogismes corrects selon leur forme mais dont la conclusion est cependant fausse. Merci.