Après les avoir publiées sur son site internet (suivre le lien dans la colonne de droite), Denis Donikian a publié ses Brèves de plaisanteries dans un ouvrage en juillet 2017. Dans sa préface, il en dit :

« À y regarder de près, c’est l’improbable et la fragilité qui dominent dans ces variations intimes, extimes et parfois infimes du moi. (…) Le sourire importe autant que les armes. Mais l’interrogation est préférée aux certitudes, l’amour adulé plus que la peur. »

Six de ces brèves (précédées du numéro qui les annonce dans le livre) seront notre rendez-vous mensuel.

245
Pour des lointains inattendus partir
S’enfoncer dans le nu sauvage
D’un parfum de terre après la pluie 

256
Oh la vie de château,
C’était beau C’était oh
Avant de se prendre le râteau

IMG_5323

267
Mes yeux se sont usés à dire des mots malades
Mon coeur saigne d’attendre les sèves du printemps
Je jouis je gémis je veux encore humer le vent

279
Où êtes-vous  denses pays
Où mes pas ne retourneront
L’hiver du corps les a gelés

286
Trouve à t’égarer une folie
Préfère le feu au deuil
Que ton âme durcisse

292
Jour béni de mes pas dans tes pas
A ruminer des illuminations
Dans l’ombre de ton ombre