31 août 2018

Souffles, poème de Birago Diop

C'est dans le livre d'Henri Lopes que j'ai eu connaissance de ce poème. Ecoute plus souvent Les Choses que les Etres La Voix du Feu s’entend, Entends la Voix de l’Eau. Ecoute dans le Vent Le Buisson en sanglots : C’est le Souffle des ancêtres. Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaireEt dans l’ombre qui s’épaissit.Les Morts ne sont pas sous la Terre :Ils sont dans l’Arbre qui frémit,Ils sont dans le Bois qui gémit,Ils sont dans l’Eau qui coule,Ils sont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 août 2018

Il est déjà demain, d'Henri Lopes

Une autobiographie sans esbroufe. Un homme, écrivain et homme politique, dont j’ai découvert le parcours, et qui m’a fait voir le monde autrement. Henri Lopes est Congolais. Né en 1937 de parents métis (ses deux grands-mères ont eu des enfants de colons, français et belge), il montre les méfaits de « l’indigénat », qui sera aboli. Il nous fait vivre les Indépendances, la mise en place des premiers gouvernements après la décolonisation. Il participe à ces luttes, il prend ses responsabilités dans l’organisation de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 août 2018

Nam, par Baudoin

C’est Michel, un clochard, qui meurt en novembre 1995, à 25 ans. Et Baudoin, qui l’a connu, le représente alors sous l’aspect d’un cafard, et je pense à Kafka. Mais ce n’est pas cette métamorphose que la mort de Michel va rappeler au dessinateur, c’est une histoire qu’il fait démarrer en 1742, au Sud de l’Afrique, l’histoire de Nam, une jeune fille enlevée par une tribu rivale et qui meurt en accouchant alors qu’elle a à peine 13 ans. Le récit de sa rencontre avec un grand serpent en fait une héroïne dont on colporte l’aventure de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 août 2018

Sur l'image qui manque à nos jours, de Pascal Quignard

Après avoir vu Thyeste, de Sénèque, dans la mise en scène de Thomas Jolly, j’ai lu un petit livre de Pascal Quignard où celui-ci cite Plutarque : « Les peintures montent les actions comme sur le point de devenir, les récits les narrent comme étant devenues. » Car il s’agit bien de cela, d’une des fonctions du théâtre que de nous raconter ce que nous n’avons pas vu, ce que nul n’a pu voir.  Dans ce livre, qui réunit quelques conférences, Pascal Quignard rappelle d’abord une idée qu’il avait présentée dans un autre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 août 2018

Thyeste, de Sénèque, traduction de Florence Dupont, mise en scène de Thomas Jolly

Descendants de Tantale, Atrée et Thyeste vont s’affronter pour le pouvoir. Dans la pièce de Sénèque, pourtant, cette question du pouvoir est vite résolue : « Être acclamé pour ce qu’on n’est pas, voilà la vraie puissance. »  — « Un roi est inébranlable, inaccessible, invulnérable », ajoute le choeur. La question centrale est la vengeance : tuer ne suffit pas, il faut faire souffrir. S’ensuit un sacrifice où Atrée (de qui naitront les Atrides) détourne le rituel romain en égorgeant les enfants de son frère et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 août 2018

Ueno Park, d'Antoine Dole

Antoine Dole nous emmène au Japon. Voici venu le temps d’Hanami, la fête des cerisiers en fleurs. Tout le monde va au parc, ce jour-là. Mais cela n’efface pas les différences, les révoltes intimes des adolescent.e.s. Ils y vont, certes ; elles y participent. Mais leur mal-être, leur refus d’une société qui semble figée dans ses règles de vie ne disparaissent pas. C’est au contraire le moment où leur personnalité va trouver à s’exprimer : Ayumi qui retrouve le souvenir de son Grand-Père, Sora qui ose se montrer tel qu’il est,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 août 2018

La chèvre de Monsieur Seguin

Il y a quelques jours, j’ai présenté ici le livre de Carole Fives, Tenir jusqu’à l’aube. La mère y dit lire à son enfant de deux ans l’histoire de la chèvre de Monsieur Seguin. Je l’ai relue à mon tour, cette histoire écrite par Alphonse Daudet, et j’y ai relevé les mots commençant par la lettre « c ». Les voici (je n’ai pas gardé toutes les fois où certains mots reviennent : chèvre, corde, corne…).   chèvres - cassaient - corde - caresses - comprenait -  caractère - consterné - cependant - cornes - charmant... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 août 2018

L'assignation, de Tania de Montaigne

Devrait-on aujourd'hui agir en fonction de la culture à laquelle on nous assigne ? Exit la notion de Race. Celles de l'Origine, de la Couleur s'y substituent, si nous n'y prenons garde.  Extrait : " Alors, tentons une expérience. Faisons un tour dans notre maison hantée, ouvrons les placards, les tiroirs, les dossiers, et regardons la Race en face. Il se pourrait, alors que nous cessions enfin de croire que les Noirs, les Juifs, les Musulmans, et tous les êtres en majuscules existent." 
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 août 2018

Tenir jusqu’à l’aube, de Carole Fives

Carole Fives nous emporte dans la vie d’une « maman solo », seule, sans le père de l’enfant — qui ne donne pas de nouvelles —, sans amis à proximité — elle est venue vivre à Lyon avec cet homme avant qu’il les quitte, elle et leur enfant —, et bataillant pour avoir du travail et des revenus réguliers — elle est graphiste free lance —. Et c’est un combat quotidien, un quotidien étouffant, et une quête permanente pour respirer un peu, aller jusqu’à la Saône. Et chaque soir, elle lit à son enfant l’histoire de la chèvre de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 août 2018

Brèves de plaisanterie, de Denis Donikian (août 2018)

Après les avoir publiées sur son site internet (suivre le lien dans la colonne de droite), Denis Donikian a publié ses Brèves de plaisanteries dans un ouvrage en juillet 2017. Dans sa préface, il en dit : « À y regarder de près, c’est l’improbable et la fragilité qui dominent dans ces variations intimes, extimes et parfois infimes du moi. (…) Le sourire importe autant que les armes. Mais l’interrogation est préférée aux certitudes, l’amour adulé plus que la peur. » Six de ces brèves (précédées du numéro qui les annonce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,