12 mars 2018

Toll, de Daïga Grantina, au Palais de Tokyo, à Paris

C'est de loin que le visiteur voit d'abord cette oeuvre, sous un éclairage zénithal. Et quand il s'approche, il lui semble qu'il faut pénétrer dans cet espace. Et le voici dans un corps : le sang y circule, certains tissus ont l'air spongieux, des voiles figurent des tremblements. Dans un corps humain, entre des organes, dans la vie.  
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :