IMG_3554

Restructurer l’espace, d’un angle droit faire un angle obtus, d’un espace ouvert faire une sorte de ring, disposer des échelles, placer des couloirs où ils n’étaient pas, aiguiller le regard, voilà ce que je retiens de l’exposition d’Elisabeth Ballet. Quand j’y suis entré, foulant le tapis rouge par où il fallait passer, des gens écoutaient des textes devant une image de lisière légèrement agitée. Le dehors vu de dedans, des ombres, et le public à contrejour. J’entendais des mots, je voyais des parpaings et des chemins comme si nous survolions tout un quartier urbain. Un labyrinthe de couleurs ne laissait même pas la possibilité d’y pénétrer. Un preneur de sons captait les signes d’une discussion de sourds. Cette exposition a, ensuite, guidé ma visite du lieu, comme si je ne l’avais jamais vu ainsi articulé. Les cercles de Felice Varini ont marqué les premières années du MacVal ; les agencements d’Elisabeth Ballet le reconfigurent.

IMG_3558 IMG_3551

IMG_3540

IMG_3552

IMG_3596

IMG_3543

IMG_3583