metamorphoses

Marie Cosnay a traduit Les Métamorphoses d’Ovide, magnifique travail et magnifique ouvrage publié par les Éditions de l’Ogre. Elle met à jour les histoires de la mythologie, de la création du monde, des dieux, des héros. Tout, écrit Ovide au début de notre ère, change. Son immense poème ambitionne de rendre compte « du début du début du monde / jusqu’à mon temps ». Et au début du début règne le chaos.

« Quand il y avait terre, il y avait mer et il y avait air,
mais c’était terre instable, onde innavigable,
air sans lumière, rien ne gardait sa forme,
une chose empêchait l’autre, car dans un même corps
le froid battait le chaud, l’humide le sec,
le mou le dur, le sans-poids le poids. »

Comme tout change, vous allez changer quelques mots de ce texte : les mots dont l’initiale est ici écrite en gras. Pour les changer, vous chercherez des mots dont l’initiale sera la suivante dans l’alphabet. Un nom commun reste un nom commun, un adjectif reste un adjectif.

Exemples :

terre deviendra un nom commun commençant par la lettre u,
mer deviendra un nom commun commençant par la lettre n,
air deviendra un nom commun commençant par la lettre b,
instable deviendra un adjectif commençant par la lettre j,
etc

Cela pourrait donner :

Quand il y avait unité, il y avait négation et il y avait bataille,
mais c’était unité joueuse, préférence jalouse,
bataille sans mérite, rien ne gardait sa gloire,
une décision empêchait l’autre, car dans un même désir
le grave battait le doux, l’inouï le tremblant,
le négatif l’étonnant, le sans-qualité la qualité.

C’est à vous main tenant. Postez vos modifications de cet extrait du texte de Marie Cosnay dans les commentaires ci-dessous. Merci.