images

C’est étrange, ce film, dont le présentateur, avant la diffusion sur Arte, annonce que tout est vrai et qui entre chez moi où rien ne lui ressemble. Mais, entrant chez moi, il me donne l’impression d’en être, de ce film. Un peu comme si j’étais invité à ce mariage improbable d’un homme prévenant, « gentil », attentionné, amoureux, et d’une femme dont toute la vie jusqu’alors était faite de liberté (« Personne ne m’a jamais donné d’ordre ») et qui, à 60 ans, ne s’attendait sans doute pas à cette demande. Ce qui compte pour elle, ce sont ses enfants, quatre enfants dont elle n’est pas certaine de reconnaître les pères. Et le mariage tardif devient l’occasion de les réunir, de faire famille. Les mots qui disent l’amour ne disent pas la même chose pour tous. Et la liberté n’est pas toujours synonyme de bonheur. Elle va, parfois, dans les rues d’une ville de l’Est la nuit.