catalogue-exposition-golem_1

Selon la Bible, l’homme est créé à partir de la glaise façonnée par Dieu. C’est ce même geste qui amène l’homme à façonner le golem (dont le mot signifie « masse informe », embryon », « chrysalide », « sot », « rustre », « personne crédule », « personne dénuée de tact », « robot », « leurre à forme humaine »), être chargé de protéger mais qui, dans les récits qui le mettent en scène, devient souvent une menace pour son créateur même. 

L’exposition, qui s’est achevée le 16 juillet, en présentait divers aspects. S’appuyant sur l’histoire de Yehoudah Loew qui fabriqua le premier, dit-on, au XVIe siècle, un golem pour qu’il protège les habitants du ghetto de Prague. 

La figure du Golem n’a, depuis l’époque où on l’a racontée, jamais disparu des imaginaires. Elle a pris des formes multiples, s’est imposée dans des romans, des comics, des films, voire dans la réalité technologique quand on a comparé l’ordinateur à cette créature qui, pour vivre, a besoin des trois lettres hébraïques (qu’on prononce « emet », ce qui signifie « vérité ») ; si on retire la première lettre, le alef, les deux lettres qui restent se prononcent « met », et le golem meurt. 

Les deux ingrédients nécessaires au golem sont donc l’argile et les lettres. Dans une des nouvelles de Ted Chiang contenues dans son recueil La Tour de Babylone, un chercheur fabrique un automate à qui il donne ses ordres au moyen d’un papier qu’il glisse dans une ouverture pratiquée dans le cou. C’est une sorte de golem : il ne peut accomplir qu’une chose, pour laquelle il reçoit commandement. Une boule de glaise, à l’origine informe, prendra figure humaine, souvent muette. Muette mais qui porte les trois lettres qui lui sont nécessaires. 

Tout le trajet que nous a proposé le musée d’art et d’histoire du Judaïsme nous a menés de l’informe à l’être, dans l’acte même de créer, non pas à partir de rien mais à partir de la terre et des mots, de la poussière et du langage.

IMG_2015
Niki de Saint-Phalle

IMG_2017
Anselm Kiefer

(en arrière-plan l'ombre d'un Golem par Christian Boltanski)

IMG_2014
Lionel Sabatté