1488489330

A&O et Flying Fish - Love Box

Ça se passe de mots, mais ça demande des gestes. Le geste de donner, pourtant, s’accompagne d’un petit mot, le seul : « tiens ». C’est à la fois la deuxième personne du verbe tenir (à l’impératif), et c’est aussi le pronom possessif de la deuxième personne. Tiens, c’est à toi. Cadeau. À toi. Prends. C’est aussi comme un soupir. Est-ce ainsi que se construit un amour ? Brique après brique, souffle après souffle, don après don ? Est-ce ainsi que deux êtres se rejoignent ? Qui est première ou premier, qui est deuxième ? Différents et ressemblants, lui plus grand, elle plus petite, lui aimant les angles et les lignes droites, elle préférant les courbes et les acrobaties, elle se haussant sur la pointe des pieds, ou lui pliant les genoux, jusqu’au maquillage identique et inversé, le bleu de ses yeux, à elle, autour de sa bouche, à lui ? On voit qu'ils ont tous deux des bleus à l'âme. Ce n’est pas qu’une histoire d’amour, ça raconte aussi les relations entre homme et femme, les inégalités, la tentation de domination, les difficultés de se comprendre. Et les problèmes de la vie commune : l’installation dans des meubles (ce soir-là, l’orage grondait quand ils ont posé le plateau de la table), le mur de la dispute et sa cruauté, et l’ouverture dans le mur pour à nouveau se voir, se toucher, s’aimer. 

Miriam et Joël, je les ai découverts ensemble l’an dernier à la Scène Faramine. Je n’avais pas pu les voir à Montreuil, au Théâtre des Roches, six mois plus tard. J'attendais ce moment de les retrouver à Nevers dans ce spectacle tendre et délicat où ils se confient à nous comme à des amis.