« Ce volume rassemble un demi-siècle de réflexions dans une forme particulière de prose que j’appelle remarques. », écrit Jacques Roubaud. Il ajoute qu’il se compose de 15 sections de 317 remarques chacune. 317 étant un nombre premier, comme l’est aussi 2017, ce sera notre rendez-vous mensuel : vous trouverez, chaque mois, quelques-unes des remarques de Jacques Roubaud dans ce blog, précédées du numéro qu’elles ont dans le livre.

IMG_1702

1279. L’amour de la langue naît avec la naissance de la langue en nous.
1280. Il se peut que l’amour de la langue soit déjà là avant notre naissance.
1281. L’amour de la langue est un rêve d’avant naissance.

1337. La mémoire est au commencement de toute pensée.

1339. Le poème des nuages « vaut » comme poème de la fascination de la seule permanence : celle du changement.

1415. Quand on cherche à se rappeler les premiers temps de son enfance, on est exposé à confondre ce qu’on en a appris d’autrui avec ses propres souvenirs.
1416. Les souvenirs de première enfance sont un musée de murmures. Moments revêtus de leurs circonstances évanouissantes et des sentiments qui les accompagnent.

1421. Notre souvenir est-il autre chose que les mots de notre souvenir ?