509-comment-faire-pour-soigner-les-blessures-de-votre-enfant_2

J’ai lu, dans le livre de Thomas Clerc, Intérieur, qu’il qualifie un de ses manteaux de « bon ». Il écrit : « — Pourquoi dites-vous « mon bon manteau »? —Parce que je suis affectueux à l’excès ». Sa formule doit être dite hypocoristique.

Selon le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, est hypocoristique un terme qui exprime une intention caressante, affectueuse, notamment dans le langage des enfants ou ses imitations. Redoublement hypocoristique ; usage, valeur hypocoristique d'un mot. Les procédés formels employés pour créer des termes hypocoristiques sont par exemple les suffixes dits « diminutifs » (fillette), le redoublement (chien-chien, fifille), l'abrègement des prénoms (Mado, Alec), ou le choix de termes conventionnellement hypocoristiques (mon petit poulet, mon chou). L’imparfait de l’indicatif peut aussi être hypocoristique, par exemple dans cette phrase : « il voulait peut-être un bonbon ? »

Je ne sais si on peut dire que les diminutifs évoqués par Erri de Luca et Geneviève Huttin quand ils parlent de la langue napolitaine ou yiddish sont hypocoristiques. Mais c’est par eux et par Thomas Clerc, que j’en viens à notre jeu de ce samedi.

Je vous invite à faire une liste de ces petits mots, de ces expressions que vous avez entendus ou même prononcés quand vous étiez enfant ou encore aujourd’hui et de les glisser dans une phrase affectueuse. 

Exemple : C’est Tiot Marc qui s’est cassé la margoulette en voulant faire du vélo sans les mimines.

C'est à vous main tenant. Postez dans les commentaires ci-dessous vos formules affectueuses et caressantes. Merci.