fullsizeoutput_285f

C'est un oubli fâcheux qui enclenche cette aventure absurde : la carte de fidélité d’un magasin restée dans le pantalon de la veille. Un oubli interprété comme une faute passible de poursuites. Et des poursuites, il va y en avoir. Le fugitif ira même jusqu’en… Lozère ! La rumeur va prendre appui sur les messages télévisés, qui ne disent strictement rien, certains débatteurs ne se préoccupant, en fait, que de la position de leurs doigts, joints par deux, par dix, sur le menton… Cela n’empêche pas d’alimenter les conversations de comptoir, les grandes théories, comme celle d’un complot planétaire. Et quand, en plus, on apprend que le « coupable » est un auteur de BD, « je te les foutrais tous dans un charter moi et hop, direction Bruxelles ».

Notre société se ridiculise avec ses supermarchés, ses télévisions, sa sectorisation (ville / campagne, par exemple), ses inégalités, ses peurs de l’autre, surtout de celui qu’on ne connaît pas : « Pfff, une bande de bobos oui ! C’est facile de chanter ça quand on habite tranquille dans le 16ème et qu’on n’a aucun auteur de BD dans son quartier… »

Et le ridicule tient aussi dans une sanction inadaptée à la prétendue faute.