08 février 2017

Le quatrième mur, d'après Sorj Chalandon, par la Compagnie Adesso e Sempre, mise en scène de Julien Bouffier

Le quatrième mur, dans la mise en scène de Julien Bouffier, est un écran. Une fois sortie de l’hôpital et chargée de la promesse faite à Sam de monter Antigone au Liban, la jeune femme, étudiante en histoire, en sera comme prisonnière. Elle ne le franchira pas, ce quatrième mur, elle parlera avec des gens dont l’image sera projetée sur cet écran. L’image projetée, comme un projet, pour lequel on se bat, qu’on voudrait voir se réaliser et qui reste projet. Parler avec les images d’un film, cela dit beaucoup de la difficulté de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 février 2017

La ville des villes, photographies d'Olivier Pasquiers

Olivier Pasquiers (suivre le lien dans la colonne de droite) aime les grands formats, de ceux qu’on peut afficher comme ce fut le cas pour une publication réalisée en 2001 après une série d’ateliers dans les MJC du Val Maubuée, animés par Véronique Pétetin, avec des photographies d’Olivier, sous le titre « Mais où va-t-on se rencontrer ? » (édition du Bar Floréal). Mais il sait aussi publier des documents de différents formats, selon l’usage qui en est prévu : « Tous pareils, tous pas pareils », « Maux... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 février 2017

Ma bibliothèque - Lire, écrire, transmettre -, de Cécile Ladjali

Quand elle présente sa bibliothèque, Cécile Ladjali indique que celle-ci est adossée à un mur de pierre et que la porte d’entrée se trouve en son milieu. Imaginant cette situation, j’ai pensé que cette bibliothèque était un mur. La traverser n’était pas chose aisée. Y étions-nous vraiment invités ? D’autant qu’il fallait aussi franchir les pages du livre où elle énumérait les auteurs et les titres de sa bibliothèque. Puis des visages sont apparus : Virginia Woolf, Emily Dickinson, Charles Baudelaire, Dostoïevski, Ingeborg Bachmann,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 février 2017

Printemps à Coconino, exposition de Hippolyte Hentgen

Est-ce parce qu’elles s’interdisent la première personne du singulier que les deux qui forment Hippolyte Hentgen semblent effacer les visages ou en substituer d’autres ? Les pièces présentées sous le nom de Vallauris, si elles rappellent dans ce lieu des animaux exposés par Jessica Lajard, sont caractérisées par la disparition des visages, têtes recouvertes de masques, de colliers de perles. Cette dissimulation prendra d’autres formes d’une salle à l’autre jusqu’à effacer complètement les traits, ou les remplacer. Tous les moyens... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 février 2017

Vibrez au voisement

Le voisement, selon Wikipédia, est une propriété de certains sons de la parole. Un son est dit voisé si sa production s’accompagne d'une vibration des cordes vocales, et non voisé dans l'autre cas. On utilise aussi couramment les termes de sonore et sourd pour désigner cette opposition. Tout locuteur peut facilement faire l’expérience de ce phénomène en plaçant sa main sur sa gorge (au niveau de la pomme d’Adam pour les hommes) puis en prononçant successivement « ssssss » (non voisé) et « zzzzzz » (voisé). On... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
03 février 2017

Le dernier testament, d'après James Frey, mis en scène de Mélanie Laurent

On sort un peu troublé de ce spectacle ; des images en restent inscrites dans les têtes (photo : © Jean-Louis Fernandez) : la terre au sol où s’impriment les pas, les écrans qui reçoivent des lumières et des photos, comme celle d’une planète sur un voile de tulle au premier plan, la chorale qui se lève dans le public et chante, la nappe blanche (qui couvre la table d’opérations puis la table du repas) qui s’ensanglante, la chaise vide à la dernière et à la première scènes… Par moments, le texte entendu frôle Théorème, mais on... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2017

Where are we going ? - de Chiharu Shiota au Bon Marché, à Paris

Un an après Ai Weiwei, le Bon Marché expose Chiharu Shiota. Cent cinquante bateaux emportés par d’immenses vagues sous les verrières centrales du bâtiment. Une lumière blanche, faite de fils blancs entremêlés parmi lesquels se dessinent la forme noire des contours des barques. Comme si l’artiste reconstituait une page blanche et y traçait l’idée du voyage. Car il s’agit de voyage. Le titre de l’exposition l’indique : Où allons-nous ? Mais la question est large. Il ne s’agit pas seulement d’une métaphore de la vie. Les cartes prises... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 février 2017

En attendant le Petit Poucet, de Philippe Dorin, par Les Veilleurs compagnie théâtrale

Les mots, chez Philippe Dorin, sont les premiers éléments concrets du théâtre. Tout ce qui se dit sur une scène acquiert une réalité incontournable. Il en est ainsi quand, dans Le monde point à la ligne, il nous fait remonter à l’origine du monde en supprimant les lettres qui y auraient été ajoutées l’une après l’autre, pour aboutir à trois voyelles (o, u, a : oua) et en conclure qu’au début « le monde était un petit chien ».  Ici, on l’attendra le Petit Poucet, comme on attend Godot ailleurs. Ce sont deux... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :