fullsizeoutput_27e5

Un an après Ai Weiwei, le Bon Marché expose Chiharu Shiota. Cent cinquante bateaux emportés par d’immenses vagues sous les verrières centrales du bâtiment. Une lumière blanche, faite de fils blancs entremêlés parmi lesquels se dessinent la forme noire des contours des barques. Comme si l’artiste reconstituait une page blanche et y traçait l’idée du voyage. Car il s’agit de voyage. Le titre de l’exposition l’indique : Où allons-nous ? Mais la question est large. Il ne s’agit pas seulement d’une métaphore de la vie. Les cartes prises dans les fils, en vitrine, montrent des terres autant, si ce n’est plus, que des mers. Ce sont des cartes anciennes, comme si elles n’indiquaient que d’où l’on vient et non où l’on va. Parce qu’on voyage sans doute avec les images du pays d’origine et les rêves de la destination.  Il y a aussi cette installation, intitulée Memory of the ocean, qui semble d’abord évoquer la vague qui engloutit mais qui me fait penser à ces grottes qu’on découvre parfois quand la mer se retire, grottes qui furent habitées parfois. Les ombres qui y passent laissent une trace sur la photo : qu’en aurait dit Platon ?

Revenant à ces coques de navires que nous voyons de dessous, je me laisse porter par l’espoir, non pas d’une ascension vers le ciel mais d’une arrivée, un jour, dans un pays qui accueillerait ceux qui viennent, quand le brouillard se serait dissipé.

IMG_1212

IMG_1207

DSCN5513

DSCN5509 DSCN5527 DSCN5536

DSCN5537

DSCN5538 DSCN5539

DSCN5541

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

L'exposition est visible jusqu'au 18 février 2017.