livre1

Quand on lit ce livre, on se dit qu’il faudrait s’y mettre, à faire des choses impossibles.

Comme ces gens, à Détroit, qui se sont mis à cultiver des arbres fruitiers, des légumes dans la ville parce qu’ils se sont dit que l’urgence était de fournir de la nourriture. Et ils l’ont fait sans attendre une autorisation qui ne serait peut-être jamais venue.

Comme ce village indien où les décisions sont prises et contrôlées par une assemblée citoyenne et où la séparation des castes n’est plus la règle première, notamment dans la conception et la construction de logements.

Les exemples sont nombreux. Cyril Dion veut y montrer que des solutions existent pour ne pas rester dans un système où seul compterait l’argent, déconnecté de tout et produisant des inégalités et conduisant à la catastrophe. Trop souvent, on nous présente de tels exemples en ponctuant la démonstration par un « mais… » qui décourage toute initiative. Certes, il y a des difficultés. Certes, on rencontre des oppositions. Mais le contraire serait faire croire le monde d’aujourd’hui dirigé par des gens qui se soucieraient d’autre chose que de leurs seuls intérêts. Ceux-ci vont certainement défendre leurs privilèges.

Mais si on multiplie les expériences d’une agriculture non intensive, plus proche, d’une utilisation d’énergies renouvelables plutôt que d’énergies fossiles épuisant la planète, d’une éducation visant à développer les capacités des individus plutôt qu’à fournir de la main d’oeuvre à des entreprises qui en abusent, si on les multiplie à petite échelle, et que ça permet une vie meilleure, concrètement, alors on acculera les puissants d’aujourd’hui à sortir de leur forteresse.

Forteresse financière dont le livre démontre qu’elle ne repose que sur du vide, les banques ne créant que de la fausse valeur, de la fausse monnaie, en développant le « crédit » (qui a perdu son synonyme, la confiance). Quand une banque vous prête 100 000 €, elle les inscrit sur une ligne informatique, elle les fabrique à partir de rien et se paie avec des intérêts qu'elle vous impose et par le placement que vous allez faire en achetant des « biens » avec cette somme : vous paierez avec de l’argent qui n’existe pas et vous multiplierez ainsi l’avoir des banques. Il faut trouver d’autres solutions pour favoriser les échanges. Le système ne reposant sur rien, il s’écroulera. Il ne s’agit pas de ne plus utiliser de monnaie, mais de penser en termes de diversité.

De tout penser en termes de diversité. Comme la nature elle-même est faite de diversité.

Ce livre est lié au film de Cyril Dion et Mélanie Laurent (que je n'ai pas vu).