11 janvier 2016

Un jour, le monde sera réparé, de Moris Farhi

Le titre est une promesse. Malgré tout. Dans cette fable, traduite de l’anglais, on rencontre des Sauveurs, des Léviathans, des Enfants dauphins. Dédié à Hrant Dink, assassiné à Istanbul en 2007, le récit montre comment « l’histoire est prisonnière de deux espèces rivales de Sauveurs. L’une avec cervelle mais sans foi, l’autre avec foi mais sans cervelle ». Et à présent, les Sauveurs n’ayant plus ni foi ni cervelle, « ne font que tuer, tuer, tuer », semant ainsi la peur pour dominer le monde. Mais les Enfants... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :