30 novembre 2015

Le Gros Caillou

En arrivant à Lyon, je suis monté jusqu'à la Croix Rousse. Il y a là le Gros Caillou d'où on a une vue plongeante sur l'est lyonnais. Le Gros Caillou m'a fait penser aux Rochers dans le ciel, de Didier Marcel, que je vous ai déjà présentés ici. Et, plus tard, je découvrirai Clock Rock, horloge sans aiguille de Klaus Weber, à la Sucrière.                             Rocher dans le ciel Clock Rock  
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 novembre 2015

Virginia Wolf, par la Compagnie La Rousse

« Un jour, Virginia s’est réveillée d’humeur féroce ». Et ne savait que refuser, tout refuser, les amis, le portrait, même la robe jaune soleil de sa soeur Vanessa. Elle ne savait que dire NON et entravait toute possibilité de dialogue. Une forme de dépression dont on ne dit pas le nom. Sa soeur va tout essayer pour l’en sortir. Sa soeur, parce qu’ici il n’y a pas de parents pour trouver l’issue de cette situation. Mais qui d’autre que la soeur peut chercher ce qui sortirait Virginia de son malaise, de sa tristesse si... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 novembre 2015

Atmosphère

Les mots qui se terminent par -sphère sont généralement au féminin sauf deux : planisphère et hémisphère. Bernard Cerquiglini, dans son livre Petites Chroniques du français comme on l'aime, fournit l’explication suivante : « le latin avait formé, à partir du grec, un mot neutre qui signifiait "la moitié d’une sphère" : hemisphaerium. Au XIVe siècle, le français l’a emprunté au masculin sous la forme hémisphère ». Il précise que les mots féminins se terminant par -sphère ont été créés à partir du XIXe siècle.  ... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
27 novembre 2015

Pixel, par la Compagnie Käfig et la Compagnie Adrien M / Claire B

L’espace se courbe, se tord, il pleut des cordes ou des lumières, et nous, dans nos sièges, le vertige nous prend. Après avoir vu les créations de Montalvo - Hervieu, j’ai souvent eu l’impression que l’alliance danse - vidéo ne faisait que répéter des effets que j’y avais déjà vus. Je me souviens, c’était à Créteil, où les deux chorégraphes dirigeaient alors le Centre Chorégraphique National (CCN). C’est aussi à Créteil que Mourad Merzouki, chorégraphe de la Compagnie Käfig, dirige depuis 2009 le CCN, et c’est à Alfortville, au Pôle... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2015

Victor Hugo, Les Tuileries

Nous sommes deux drôles, Aux larges épaules, De joyeux bandits, Sachant rire et battre, Mangeant comme quatre, Buvant comme dix. Quand, vidant les litres, Nous cognons aux vitres De l’estaminet, Le bourgeois difforme Tremble en uniforme Sous son gros bonnet. Nous vivons. En somme, On est honnête homme, On n’est pas mouchard. On va le dimanche Avec Lise ou Blanche Dîner chez Richard. On les mène à Pâques, Barrière Saint-Jacques, Souper au Chat Vert, On dévore, on aime, On boit, on a même Un plat de dessert ! Nous vivons sans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 novembre 2015

Chloé Lacan, aux Trois Baudets, à Paris

C’était aux Trois Baudets le 21 octobre, et je n’ai encore rien écrit à ce propos. J’ai écouté, ré-écouté le CD que j’ai acheté ce soir-là. Chloé Lacan, aux Trois Baudets, un quartier où, il y a longtemps, j’ai vécu dans un immeuble aujourd’hui détruit reconstruit. J’y ai vécu avant que s’y installe cette salle de spectacle. Avant, il y avait là Le Néant, devanture noire. Plus tard, j’ai vu la façade de l’immeuble percée et traversée de pigeons et autres moineaux. « Envole-toi », chante Chloé Lacan. « C’est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2015

Le feuilleton de Thésée, de Murielle Szac - novembre 2015

Murielle Szac renouvelle la lecture de la mythologie grecque en la publiant sous forme de récits en cent épisodes. Récits qu’on a envie de lire à voix haute et qu’accompagnent des dessins de Rémi Saillard. C’est notre rendez-vous mensuel. « Tu n’es pas responsable de la mort de sa mère, murmura Iolaos, mais peut-être es-tu responsable de ne pas t’en être remis… » - « Que veux-tu dire ? » s’étonna Thésée. « Eh bien, pour une fois, ton cousin Héraclès a montré plus de sagesse que toi. Après la mort de ses... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2015

Les irremplaçables, de Cynthia Fleury

C’est un livre qui ressemble à une conversation. Les propos s’entraînent et je ne saisis pas toujours l’enchaînement. Peut-être ne s’agit-il que d’un écart entre le mode de pensée de l’auteure et le mien. Peut-être ce livre n’est-il qu’un élément d’un ensemble qui en dépasse la lecture. Les dernières pages évoquant la dette, par exemple, m’ont paru hors de propos, comme annonçant un autre livre… Je ne m’en tiendrai donc qu’à ce qu’il me semble y avoir lu. Et j’ai particulièrement apprécié cette notion d’irremplaçabilité,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 novembre 2015

Rue Jean Jaurès, par la Compagnie CIA, à Gentilly (94)

Le 11 novembre, la Ville de Gentilly, pour commémorer l’armistice de la guerre 14-18 avait invité une chorale qui chantait la chanson de Jacques Brel, « Jaurès », quand je suis arrivé devant le monument aux morts, et la Compagnie CIA avec son spectacle « Rue Jean Jaurès ». Un escabeau et la tribune est installée. Un chapeau et on sait vite qui est qui, Jean Jaurès, Jules Guesde, Jules Ferry, Jérôme de Solages et les autres, contemporains du passage du XIXe au XXe siècles, le flash back nous faisant remonter à la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 novembre 2015

Ici, là-bas, la vie

La vie est plus forte que la mort. Ce n’est pas une affirmation individuelle puisque la vie de chacun a une fin. C’est une affirmation qui dépasse la personne, le genre, l’espèce. Alors, je vous propose d’écrire ici un texte qui aura la dimension que vous voudrez et dont chaque phrase commencera par « À l’heure où je t’écris ». Nous l’avons déjà fait ici dans ce blog.  Fabrice Melquiot, dans un recueil de poèmes (Graceful - éditions de l’Arche - 2005), a publié un texte intitulé « John Wilson », dont voici un extrait... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,