DSCN7746

Action d’espace - Les fils des hommes

Faut-il mettre des gants pour parler de la Guerre d’Algérie ? Eux, ils ont choisi d’en mettre. Pour porter ce lourd fardeau, un cube rouge (qui, je ne sais pourquoi, me fait penser au monolithe noir du film 2001, Odyssée de l’Espace), tombé ici dans les rues de la ville et que peut-être nous pourrons toucher, quand nous aurons appris ce qu’il véhicule. De l’intelligence ? De la mémoire ? Un homme parle, mais il porte la parole de beaucoup, la parole des fils de la Guerre d’Algérie, de Français, d’Algériens, fils d’appelés, fils de Harkis, fils de Pieds-noirs, fils d’activistes de l’OAS, fils de moudjahids, fils des hommes, de ces hommes qui se sont tus. On ne sait pas toujours qui parle mais cette mémoire nous est commune dans son silence même. A cause de quoi ? De la honte ? De la peur ? De l’ignorance ? Du secret ? Et le fait que les deux acteurs - danseurs s’appuient sur chacune et chacun des spectateurs nous rend solidaires dans la souffrance de ces mémoires mutilées, dans notre capacité à porter ensemble, avec nos divergences et nos différences, l’avenir puisque les fils sont là pour demain. Une profonde émotion vibre ce matin-là dans les rues de Nevers.
Ce spectacle a trouvé son origine dans le roman Des hommes, de Laurent Mauvignier.