IMG_0437

Les haïkus présentés récemment vous ont certainement donné envie d’en composer vous-même. Il y a des règles, bien sûr. Et, en particulier, dans la transcription française de la forme japonaise, on s’accorde à ce que ce poème soit de trois vers, le premier de cinq syllabes, le second de sept syllabes, le troisième de cinq syllabes. Vous ayant déjà dans ce blog fait goûter au sens du jeu d’Hubert Haddad, j’ai choisi dans son recueil, Les Haïkus du peintre d’éventail, quatorze vers de cinq syllabes et sept vers de sept syllabes. Il vous appartient aujourd’hui d’assembler ces vers trois par trois : un de cinq, un de sept, un de cinq. Il faut respecter les temps et les nombres : un verbe au pluriel, par exemple, s’accorde avec un sujet au pluriel.

Cinq syllabes

Les coquelicots                                             Rien n’est sans raison

Sans autre étendard                                         Au premier tonnerre

Les reflets de l’aube                                           Le profond sommeil

L’âme chagrinée                                           Son nom est son chant

Dans la maison vide                                               J’ai tant attendu

Pareille beauté                                                      Si mélancoliques

Fenêtre au printemps                                          Des choses brisées

 

Sept syllabes

Plus d’un rossignol enchante

Comble chaque jour ses vœux

Jeune fille en robe d’or

N’attendent jamais le jour

On ne saurait la décrire

Bien trop ivre pour dormir

L'idiot compte sur ses doigts

 

C'est à vous, main tenant. Envoyez vos haïkus dans les commentaires ci-dessous. Merci.