Vénus hottentote

349294_242214441_venus_hottentote_article_ge_H131908_LMoulage en plâtre peint du corps de Sarah Baartman, exhibée dans des baraques foraines à Londres puis à Paris, morte à la fin de 1815, date à laquelle a été réalisé ce moulage, à la demande de Georges Cuvier, alors Directeur du Muséum national d’histoire naturelle. Elle mesurait 1,40m.

 

Elle a fermé les yeux, s’est fermée au monde, elle est morte et pourtant elle semble prête à répondre à un appel. Ses bras s’ouvrent, ses mains vides vont s’élever. Voudrait-elle cacher son sexe ou ses seins ? Elle en est désormais empêchée. Fermement plantée sur ses deux pieds, cette jeune noire au visage durci, aux cheveux crépus, aux épaules lasses, aux seins lourds, au ventre rond, aux fesses exceptionnelles, attend. Elle semble posée là pour l’éternité, silencieuse. La parole lui manque et l’espoir même lui fait défaut d’être un jour reconnue comme une femme dont elle porte pourtant tous les aspects.

 

Ce 1er février 2013, à l'auditorium de l'ENCRE, à Cayenne, Chantal Loïal présente son solo, On t'appelle Vénus, hommage à Sarah Baartman. Puis, elle le dansera le 4 et le 5 février au Pôle culturel de Kourou, et le 7 et le 8 février à Saint Laurent du Maroni.

Les quatre Vénus sur ce blog sont ici : Vénus de MiloVénus callipygeVénus de LespugueVénus hottentote