100_6975Avec le Cirque Albatros, on entre dans un monde louche. Un individu à l’apparence pas très recommandable jongle avec des louches. Il est habile, certes, mais peut-on lui accorder un peu de confiance ? A peine son tour terminé, il réclame une pièce et gare à vous si vous ne donnez pas. Son complice, musicien multi-instrumentiste, vous sollicitera aussi. C’est notre monde et qui suis-je, sur ce gradin où tape le soleil ? Un simple spectateur bien à l’abri derrière mon appareil photo, ou un quelconque curieux mal à l’aise hésitant entre applaudir la musique et les numéros de jonglage et fuir la manche agressive de ces individus qui jouent sur notre mauvaise conscience…

100_7001Ils sont cinq, ils sont frères, ils ont été expulsés de chez eux, une cabane dont ils ont sauvé ce qu’ils pouvaient et qu’ils transportent sur la remorque qu’ils ont accrochée à leur Merco. Ce sont les Mercodier, une bande pleine d’énergie et d’envie d’en découdre, cherchant la vie, faisant tout pour ne pas se laisser prendre par la morosité. Sauter de plus en plus haut, casser du bois, jeter des haches, en venir aux mains mais comme des frères, c’est-à-dire sans haine, seulement par un trop plein de force. Les Urbaindigènes n’ont pas un instant de repos et nous transmettent leur envie, leur hargne, leur puissance.