30 juin 2012

Trois marques

En 1968, les ouvriers de BERLIET avaient, par un jeu d'anagramme, fait de l’enseigne de leur entreprise LIBERTE. Il paraît que le CSA impose, pour éviter la publicité clandestine, de ne pas citer une marque seule, mais d’en citer trois. Le film de Benoît Delépine et Gustave Kervern (Le grand soir) en remplit son écran, comme nos vies en sont pleines. CarrEfour, mONOPRix, AUCHan, par exemple. Prenons-leur des lettres et composons un autre assemblage : COCHON AU PRE (C, E, de CarrEfour – O, O, N, P, R, de mONOPRix, et C, H, A, U... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juin 2012

Manger fantôme, de Ryoko Sekiguchi

Manger, pour Ryoko Sekiguchi, c’est plus qu’avaler, digérer. Chaque bouchée a une histoire. Qu’il s’agisse de la texture de l’aliment, de sa description, de son origine, nous ne mangeons pas uniquement ce qui nourrit le corps. Tel aliment, transparent, mangé dans la lumière du jour, par exemple, rassasie moins que s’il est dégusté dans l’obscurité : l’apparence a un effet sur notre perception. Les plats ont des noms, dans toutes les langues ; les connaître, les retenir, c’est entrer en relation. Les chapitres qui se suivent... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 juin 2012

Le grand soir, de Benoît Delépine et Gustave Kervern

Je suis allé au cinéma. J’avais oublié que cela commençait par des publicités. Et le film a démarré après que, par les pubs, on a vu défiler la vie qu’on nous invente : trois B, Banque, Bagnole, Boisson. Et le film, c’est Le grand soir, la vie dans un centre commercial. Liberté, Fraternité, cela pourrait être un sous-titre. Egalité sans doute pas, puisque c’est la crise, et que, à cause de la crise, ceux qui sont en retard (sur les objectifs) se font virer, même et surtout s’ils croient dur comme fer à la normalité. Normalité... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juin 2012

La création du monde 1923-2012, spectacle de danse de Faustin Linyekula

Pour les danseurs du Ballet de Lorraine, c’est une belle expérience que de travailler avec Faustin Linyekula. Un mouvement collectif puissant, tout en tremblement, une sorte de jeu de planètes, dont aucune ne peut longtemps s’extraire sans être rattrapée par le groupe. Un homme seul reste à l’écart de tout cela, il organise, il ouvre les portes, il accroche les toiles, il ramasse une peau, des vêtements, il se déhanche dans un tout autre rythme. C’est le seul Noir sur ce plateau ; d’origine congolaise, nous dira-t-il plus tard.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juin 2012

Le livre (pour les) bols, de Delphine Touzet

Depuis que je viens au Marché de la Poésie, place Saint Eustache, à Paris, elle est là, juste à l’entrée. Je m’arrête, regarde les bols, feuillette les livres… Il faut du temps. C’était, cette année, un dimanche. La veille, devant la MJC – Centre social de Chilly-Mazarin, j’ai assisté à la cérémonie d’une cuisson raku. Aujourd’hui, les textes de Delphine Touzet m’invitent à participer au rite. Sommes-nous pour le moment toujours inconsolables ? Si tu trouves un jardin abandonné, si tu penses qu’il est plein de promesses, ... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juin 2012

Mises en capsules, deux formes courtes

Le principe du festival Mises en capsules au Ciné 13 théâtre est de présenter cinq formes courtes (environ 30 mn) dans une soirée, pendant deux semaines. Parfois trop court pour se rendre compte vraiment de la pièce. Ainsi de Cendrillon III, par le Collectif Les Naïves. Le mariage du père de Cendrillon avec la marâtre permet certes de voir le traitement des personnages, d’entendre les voix qui chantent, de saisir le parti pris de mise en scène, mais « la suite au prochain numéro » nous laisse comme devant une publicité qui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 juin 2012

Camille Chamoux, née sous Giscard

Camille Chamoux est sur la scène quand nous entrons dans la salle. Elle écrit dans un carnet, un journal intime. De temps en temps, elle lève les yeux, nous regarde nous installer et nous fait signe, comme si elle nous reconnaissait. Qui sommes-nous pour elle ? Des inconnus ? Des amis ? De vieilles connaissances ? Elle serre quelques mains, se présente : « Bonjour, moi c’est Camille. Camille Chamoux, avec un x ». Et nous ouvre son journal intime, commencé à l’âge de 7 ans : « Cher... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 juin 2012

Toute la musique

Il y a deux jours, à l'occasion de la Fête de la Musique, France 5 présentait Les clés de l'orchestre de Jean-François Zygel, avec la Symphonie dite italienne de Mendelssohn. Je vous propose de composer un orchestre en détournant les noms d'instruments de musique. Il s’agit de faire des phrases où apparaîtront des homonymes ou des « à-peu-près » d’instruments. L'« à-peu-près » consiste, à partir d'un mot donné, à écrire un (ou plusieurs) autre(s) mot(s) où l'on reconnaît les sonorités du mot d'origine mais pas le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 06:40 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 juin 2012

Foottit et Chocolat - Devinette

FOOTTIT Ecoutez, Chocolat, et répondez à ma petite devinette : connaissez-vous quelqu’un qui est né de mon père et de ma mère, et qui n’est pas mon frère, et qui n’est pas ma sœur ? Quelqu’un qui n’est ni mon frère, ni ma sœur, et qui est le fils de mon père et de ma mère ? Chocolat reste interdit FOOTTIT My God qu’il est bête. C’est moi ! Chocolat éclate de rire. Il se précipite vers le funambule. CHOCOLAT Monsieur le funambule, écoutez et répondez à ma petite devinette : ce n’est pas mon frère, ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 juin 2012

Chocolat clown nègre, par Gérard Noiriel - Extrait

« (…) il faut distinguer les préjugés et le racisme. Les préjugés entrent dans la construction des identités individuelles et collectives. Les groupes humains élaborent leur « nous » par opposition à « eux », les étrangers. Aussi longtemps qu’ils vivent en cercle fermé, ils ont tendance à se croire universels. Le contact avec les inconnus met en cause cette croyance et génère des récits justifiant le rejet des nouveaux venus. Le caractère général des préjugés n’empêche pas qu’ils évoluent et se transforment au... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :