31 décembre 2011

Joyeuses fins

Dernier jour de l’année 2011, veille d’une année 2012 porteuse de fins annoncées : fin d’un quinquennat, fin d’une législature, voire fin du monde si l’on en croit l’interprétation que certains font des prédictions des Mayas… Fins, c’est le titre d’un livre de Jacques Jouet, publié avant la fin du siècle précédent, donc avant la fin des francs (au temps de l’euro annoncé), et dont chaque paragraphe pouvait être la fin d’une narration. Pour aujourd’hui, je vous demande de me poster, dans les commentaires ci-dessous, le dernier... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 décembre 2011

iD, par le Cirque Eloize

iD, pour identité ? Le titre du spectacle du Cirque Eloize que je viens de voir au Théâtre National de Chaillot ne m’éclaire pas. J’ai vu des acrobates danseurs, pour lesquels le hip-hop est surtout une occasion de faire des prouesses physiques. Une vague histoire d’affrontement de bandes au cœur d’une ville-décor, une ville de cinéma obtenue par des panneaux sur lesquels sont projetées des images de passerelles, de façades, métalliques, portes et fenêtres s’ouvrant sur le vide. Cette histoire n’est qu’un prétexte, une façon de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2011

Nartaki, la danseuse indienne, par la Compagnie L'Essieu des Mondes

On entre au centre Mandapa comme dans un cabinet de curiosités : des étagères, des vitrines, des sculptures en bois représentant des dieux de l’Inde, la tradition. La danse présentée par la Compagnie L’essieu des Mondes raconte une histoire, invite les émotions, les nomme, en fait les personnages d’un conte, « la folie de l’amour ». Le conte soutient l’attention du public qui en oublie peu à peu les contraintes physiques auxquelles se plie la danseuse. Le tulle qui nous la révèle d’abord en ombres, ou n’en montre que... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 décembre 2011

Cédric Andrieux, de Jérôme Bel

Cédric Andrieux est le titre d’un solo interprété par Cédric Andrieux et proposé par Jérôme Bel. C’est la première pièce de Jérôme Bel que je vois, ce soir-là, au Théâtre de la Cité Internationale, à Paris. Un portrait de danseur qui me fait revisiter tout ce que j’ai connu de la danse contemporaine. On en a dit qu’elle était non élitiste (avant qu’elle le devienne peut-être), alors que je n’y comprenais pas grand-chose. C’est un peu ce qu’en raconte ce spectacle : un geste de Dominique Bagouet, une invitation de Jennifer Müller,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 décembre 2011

Teatro Golondrino au Clan Destino

Au-dessus du Parc de Belleville, à Paris, dans la rue des Envierges, il y a un lieu particulier, le Clan Destino. On y entre librement, on ne paye qu’en sortant. C’est la petite salle où Diego Stirman prépare ses spectacles et accueillait, ce soir-là, le Teatro Golondrino. Où est notre Jojo Golendrini au début du spectacle ? Ne nous inquiétons pas, il sera à l’heure, même s’il est, trois minutes avant, introuvable. Il dort dans sa valise, son petit logis, et le réveil, fort peu sympathique, le sort du sommeil, tandis que... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 décembre 2011

« Déviation » et « A condition », par la Compagnie Massala

Il y a, dans les spectacles de la Compagnie Massala, quelque chose qui retient mon attention : les danseurs présentent certains mouvements que je n’ai pas vus ailleurs. Il ne s’agit pas pour eux de répéter des figures imposées, des sortes de standards du hip-hop. Ils ne s’en éloignent pas pour autant, malgré une sorte de retenue, comme s’ils ne plaçaient pas l’énergie dans le geste mais en eux-mêmes. Dans le spectacle Déviation, c’est peut-être moins évident ; à cause des accessoires : le cerceau et la voiture, qui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 décembre 2011

Hyacinthe et Rose, de François Morel et Martin Jarrie

Une bibliothécaire de Chilly-Mazarin (91) m’avait parlé de ce livre. Quand je l’ai vu, ma première surprise fut causée par le format : 38 x 30,5 cm ! L’album a de l’allure. Les fleurs y sont géantes, solennelles, et pourtant ne mangent pas le texte. La mise en page est astucieuse, oblige certes à se poser (à cause du format, il faut ouvrir les bras), mais la lecture est confortable. On lit avec plaisir cette histoire de grands-parents que tout oppose (elle est catho, il est coco) sauf les fleurs. Le grand-père tente... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
24 décembre 2011

À jour pas ordinaire, jeu aisé

Demain, c’est Noël, un mot qu’on peut écrire « no L ». Donc aucun « L » dans nos textes, ni majuscule, ni minuscule. Pas difficile, pas facile : aisé cependant. Votre imagination ou votre mémoire  vous serviront des mots par centaines pour atteindre un horizon de phrases infinies, cadeaux inaugurant une nuit de festivité ornée de bougies et faite d’attente et d’insomnie. C’est à vous main tenant.
Posté par onarretetout à 06:31 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
23 décembre 2011

Vitry vit le street art

Un livre témoigne de l’art urbain, le street art, tel qu’il se vit à Vitry sur Seine. Il y a plusieurs semaines, je publiais dans ce blog des photos que j’avais prises en marchant dans la ville. Il faut dire que ces pochoirs, graffs, dessins, peintures, donnent aux rues du caractère. Mains nouées, visages, beautés de toutes les couleurs, de toutes les origines, hommes ou femmes, jeunes et vieux, lettrages sophistiqués, revendications, ou un mot en passant… Oui, à feuilleter ce livre, comme à se promener à Vitry, on se dit que « les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 décembre 2011

Copulation mécanique, de Maria Fusco

Derrière ce titre un peu racoleur, on découvre des textes courts, habilement troussés, petites nouvelles où le fantastique prend place, comme si de rien n’était. Un repas au restaurant qui réveille les réminiscences d’une relation qu’on était réticent à raconter et qui se rappelle enfin. Celui dont l’activité « au passage » est de trier les poubelles et qui, peu à peu, est envahi par ce qu’il y trouve. Des fenêtres qui se ferment les unes après les autres sous l’objectif d’un curieux. Et cet étrange paradis... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :