30 novembre 2011

L'Herbe Folle

Nos rencontres supposent une disponibilité réciproque. Je ne m’explique pas autrement ma découverte tardive de L’Herbe Folle. Tout a commencé avec un rendez-vous raté, sous un chapiteau, à Nevers, d’où j’ai dû partir peu de temps avant que ce groupe joue. J’ai donc écouté le disque. La première chanson (Chaloupé Biguiné) m’a emballé. Et puis, allez savoir pourquoi, mon attention est retombée. J’y reviens aujourd’hui et j’ai envie de danser sur leurs rythmes. C’est comme si je ne les avais pas écoutés avant. Les musiques ne sont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2011

Les poseurs de voies, par la Compagnie La Constellation

C’est la nuit, souvent, que les travaux importants se font sur les voies de chemin de fer. Le spectacle de la Compagnie La Constellation rend hommage à ces travailleurs nocturnes qui unissent les territoires et les gens. Dans une mise en scène où le public, qui d’abord pénètre sur l’aire de jeu, est séparé en deux groupes par le déplacement des tourelles où étaient installés les percussionnistes. Le rythme que ces derniers impriment rappelle le rythme des roues sur les rails. Rails qui sortent des hauts fourneaux en fusion et sont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 novembre 2011

Caubère joue Benedetto

J’avais gardé d’André Benedetto le souvenir des ses poèmes (Les poubelles du vent) et ce recueil publié en 1971 par Pierre-Jean Oswald dans ma bibliothèque, mais je n’ai pas vu de mise en scène d’André Benedetto. Il était dans ma mémoire quelque part du côté de Pierre Tilman, Daniel Biga, un peu de Léo Ferré. Philippe Caubère vient de le déplacer du côté des acteurs. C’est d’abord acteur qu’est Philippe Caubère, et c’est cette fraternité qu’il affiche immédiatement, c’est-à-dire sans intermédiaire : il y a lui, acteur, qui joue... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 novembre 2011

Triple A, infantilisation ou responsabilisation

Ecoutant France Info lundi dernier, les propos d’Anne-Laure Gannac, rédactrice en chef adjointe à Psychologies Magazine ont retenu mon attention. Elle y disait, à peu près, que le système de notation par des agences (qui s’attribuent donc un rôle supérieur à celui de l’Etat) infantilise les gouvernants dont nous attendons au contraire qu’ils incarnent une forme d’autorité, laquelle leur est de ce fait retirée. Pour récupérer un peu de cette autorité, les gouvernants n’ont d’autre recours, acceptant le système de notation, que de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2011

Alice veille au pays des mers

Depuis plusieurs jours, vous avez lu sur ce blog des articles tournant autour du livre de Lewis Carroll : ALICE AU PAYS DES MERVEILLES. Une illustration de Maud Chalmel m’invite à y revenir aujourd’hui. Prenez toutes les lettres du titre français de ce livre, mélangez-les et composez des anagrammes. Toutes les lettres doivent, bien sûr, être utilisées. J’y plonge le premier : AU-DELÀ, EVE A LES LYS IMPRECIS. LE MIDI, APRES L’EAU, S’Y LEVA SEC. IVRE, ESSAYE PLUS LA DECIMALE. CUPIDE VASSAL, SA LYRE ELIMEE. EVALUER... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:23 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 novembre 2011

Rengaine, de Julien Maret

C’est dès la première page du livre de Lewis Carroll qu’Alice suit un lapin blanc dans son terrier qui prend soudain une pente très brusque. C’est sans doute l’introduction dans le rêve ; c’est aussi le chemin d’accès du lecteur aux aventures d’Alice au pays des merveilles ; c’est, bien sûr, une façon de s’endormir : tomber de sommeil. Jean-Luc Nancy, en 2007, a publié un livre sous le titre Tombe de sommeil, où l’on voit bien le double sens du mot tombe. Il y aurait donc quelque chose de la mort dans le sommeil. Et de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2011

Pas d'inquiétude, de Brigitte Giraud

L’écriture de Brigitte Giraud est simple, limpide, et nous entraîne au bord d’une rivière qui coule de source. Pourtant, cet homme qui raconte, qui choisit pour auditeur Clavel, le médecin qui suit l’évolution de la maladie de son fils, ne vit pas une situation facile. D’ailleurs, il se parle à lui-même, en imaginant que c’est à Clavel, « un être qui, sans appartenir à ma classe, cherchait à mes côtés la même chose que moi, comprenait ma détresse et me transmettait son énergie sans dissimuler ses doutes », l’homme qui lui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2011

Le papillon et la lumière, de Patrick Chamoiseau

C’est un livre qu’on a envie de lire à voix haute, de partager. Qu’on n’y cherche pas la réponse des réponses ! Si on ne trouve que ce qu’on cherche, on ne connaît rien de nouveau. Et tout est toujours à découvrir. Ce conte philosophique nous emmène dans les airs, dans la lumière et l’ombre, nous fait passer par Mc Donald’s, les feux de circulation, l’intérieur des maisons des humains, un beau grand fromager, un flamboyant noirci dans un rond-point. Tout se joue dans ce monde-ci. Plus d’une fois, avec le jeune papillon, on est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
22 novembre 2011

Yvanne Chenouf parle d'Alice

Il y a beaucoup de lectures possibles d’Alice au pays des merveilles, de Lewis Carroll. Celle d’Yvanne Chenouf, ce soir-là, à la MJC de Palaiseau (91), a situé l’héroïne parmi d’autres, ses « rejetonnes ». Celles qu’on rencontre dans les albums de Claude Ponti (ci-contre), Philippe Corentin, Christian Bruel et d’autres. Les représentations qu’on en fait par le dessin, bien sûr, mais aussi le tempérament de cette enfant, sa curiosité, son raisonnement, son rapport au corps qui grandit, qui change, sa quête identitaire ou plutôt les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2011

Miroirs de Marie-Aurore Stiker-Metral

Un homme nettoyait un sol réfléchissant quand les portes du cinéma ouvraient, ce matin-là. Les cubes intriguaient les passants. On attendra la fin du film pour s’y arrêter et tenter de saisir une image de cette installation. Fin du film. Le soleil joue sur les surfaces qui lui sont ainsi offertes, il chauffe plus fort. Il faut un peu de temps pour comprendre le dispositif de ces cubes de miroirs imbriqués les uns dans les autres, renvoyant, selon l’endroit où l’on se trouve, le reflet d’un immeuble, de la BNF ou des affiches du MK2.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :