Dans le vestibule du Mac/Val, à Vitry-sur-Seine, on peut voir une œuvre de Felice Varini, Trois cercles désaxés. Ces trois cercles rouges ne se voient recomposés que sous un certain angle. Ce qui, d’une certaine manière, met en évidence les lignes du bâtiment.

100_4918  100_4917 

Or ces cercles rouges sont répétés, sans doute involontairement, dans une autre salle du Mac/Val.

Bertrand Lamarche et Nicolas Moulin y exposent Pôle. On peut lire ceci, sur le site du Musée :

 

Pôle est une installation qui réunit une projection de diapositives réalisées par Nicolas Moulin et un dispositif sonore imaginé par Bertrand Lamarche. Pour ces quatre-vingts photographies, Nicolas Moulin choisit un point de vue inhabituel : l’appareil photographique est posé au pied des immeubles, contre le mur, l’objectif dirigé vers le ciel. Ces prises de vue en contre-plongée donnent l’illusion de paysages froids et désertiques, évoquent un univers de science-fiction.
Sur la platine, une tête de lecture capte les vibrations du mouvement d’un disque en acétate non gravé. Les enceintes diffusent ce bruit, faisant elles-mêmes vibrer la platine. Ce phénomène de basse fréquence n’est pas uniforme mais varie en fonction du nombre de personnes présentes autour de l’œuvre. Le son offre ainsi, en écho aux images, la traduction d’un espace sans limite.

 

Ces propos ("espace sans limite") sont contredits par la réapparition de cercles rouges sur la platine, cercles qui rappellent ceux du vestibule et, donc, mettent en évidence les lignes des bâtiments photographiés, volontairement absents de l’image que je vous propose ici. La courte vidéo que vous pourrez voir en cliquant sur la platine montre qu’il faut un certain angle de vue pour apercevoir les cercles tandis qu’on entend le passage d’une diapositive à l’autre.

platinepole