blasonsduncorpsmasculinNous ne voyons directement de notre corps que certaines parties. Notre dos, par exemple, nos fesses et notre visage ne sont accessibles à notre regard qu’au moyen d’un subtil jeu de miroirs. C’est sans doute pour cela que Clément Marot et d’autres poètes du XVIe siècle ont inventé le genre des Blasons du corps féminin. Depuis, nombreux sont ceux qui s’y sont essayés. Vous avez pu lire ici une présentation des Blasons d’un corps enfantin, de Régine Detambel, mais il y a aussi ses Blasons d’un corps masculin.

J’ai parfois écouté, dans l’émission Les Papous dans la tête, le dimanche midi sur France Culture, le strip-tease littéraire auquel se livraient les auteurs invités, décrivant la partie de leur propre corps dénudée en soulevant une manche, en retirant une chaussette…

Aujourd’hui, je vous propose d'évoquer une partie du corps humain sans la nommer, en autant de mots qu’elle compte de lettres : le premier mot aura pour initiale la première lettre de la partie du corps concernée, le deuxième commencera par la deuxième lettre, et ainsi de suite.


Là, ici, griffures, nœuds, exposant suppositions, divination, espoir, liés à majeur, annulaire, index, nichent.

Oh n'en grignote les envies !

Orteil incurvé, gros, nécessite ostéotomie, non ?

 

A vous main tenant.