30 juin 2011

Chambre 10, par la Compagnie Traction

Une gêne s’installe dès la première image. Est-ce la quasi-nudité des danseurs ? Leur aspect : une jeune femme inerte, sorte de nymphe endormie, un homme très maigre debout tournant autour d’elle, comme s’il y découvrait la chair ? L’image change, arrive un gorille, corps tout entier couvert de poils, démarche animale et la femme se réveille, se lève et commence une danse qui évoque une aventure de King Kong. La suite des tableaux nous fera comprendre que tout se joue dans un hôpital psychiatrique. Claire... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2011

Compagnie Massala à l'Espace Beaujon

Deux extraits de spectacles de la Compagnie Massala, puisque la Scène Ouverte à la Danse de l’Espace Beaujon (Paris) présente 20 minutes de chaque spectacle dans la soirée. Extrait de Déviation, un spectacle prévu pour la rue, où les chemins ne se rencontrent pas uniquement au niveau du sol mais aussi dans les portés, à différents niveaux (haut, bas) et sous différentes formes. Parmi ces formes, ce soir-là, le rond : on tourne en rond sur la place, on regarde dans des trous ronds comme si les plots de sécurité étaient des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 juin 2011

Combat, d'Isabelle Blondie

C’est l’originalité du document qui m’a arrêté : un livret carte postale, d’un éditeur nommé D’un Noir Si Bleu. Son titre est emprunté à une plasticienne, Miki Nitadori qui a réalisé des portraits que vous pourrez trouver sur son site en cliquant sur la couverture du livret. L’artiste demande à celles et ceux qui posent pour elle (dans une cabine de photomaton) de faire un geste au moment du cliché. Autant de personnes, autant de gestes. Quand elles et ils sortent, elle leur pose quelques questions qui lui permettront de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
27 juin 2011

Service Clientèle, de Benoît Duteurtre

C’est arrivé à quasiment tout un chacun : appeler un standard téléphonique automatisé qui nous met en attente et qui fait aussi des réponses automatisées, quand bien même elles sont dites par des opérateurs (souvent délocalisés, comme on dit). Et perdre ses mots de passe, répondre à des questions en anglais quand on est francophone, survoler des pages modifiant le contrat que l’on a avec un fournisseur de logiciel et cliquer sur « j’accepte » sans savoir au juste quoi, etc. La société telle que nous la vivons n’a pas... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
26 juin 2011

Ex-Banza

Fête de la musique 2011. Un bar : les Disquaires, rue des Taillandiers, dans le 11e arrondissement de Paris. On entre par une porte latérale dans une sorte de cube divisé en plusieurs espaces sur deux niveaux. Dans le premier espace le bar, quelques tables, une terrasse assez petite, vide ce soir-là. De part et d’autre du bar, quelques marches vous font descendre d’un niveau ; à gauche du bar, on peut remonter au même niveau dans une sorte d’arrière-salle, espace où sont installées quelques tables, un miroir au mur y permet aux... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juin 2011

R.E.I.C.

Il y a, dans le livre de Hamid Jemaï, 2 jours pour faire des thunes, une entreprise qui possède un immeuble dans Paris. Son nom ? A vous de le deviner, il se décline en quatre initiales, R.E.I.C. « Quatre lettres qui seront ton meilleur souvenir ou le plus noir de tes cauchemars selon que tu es dedans ou dehors. » Développez cet acronyme et proposez votre interprétation. Et puis, trouvez le livre et lisez-le…   Répondre En Inscrivant un Commentaire !
Posté par onarretetout à 07:19 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 juin 2011

2 jours pour faire des thunes, de Hamid Jemaï

Un farceur. C’est ainsi qu’il se définit, Micklo. Et, pas de doute, il aime les histoires. Il s’en raconte, il en raconte. Ne cherchez pas ici le regard sociologique sur la banlieue : Hamid Jemaï est totalement dans la fiction, les clichés qu’il assume (gitans, russes et autres gangsters) et il écrit son livre comme s’il maniait une caméra. Détaillant la technique de certains plans, usant du flash-back comme dans un film. Il demande seulement au lecteur d’accepter de se laisser mener dans le récit, de ne pas s’effrayer... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
23 juin 2011

Almost nothing (presque rien), d'Anish Kapoor

Le mur blanc, devant nous, n’est pas un simple mur. Son titre : Sister. Les jeunes femmes qui nous accueillent nous invitent à ne pas le regarder en face, et l’effet est saisissant : ce mur semble creusé, l’ombre formée par ce creux est à peine perceptible, mais le bord arrondi apparaît quand on le regarde latéralement. L’œil cherche le trait qui va permettre d’identifier l’image et Anish Kapoor joue avec cette définition, cette délimitation. On ne peut s’empêcher de se poser cette question : qu’est-ce que je... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 juin 2011

Extraits des Pensées de Blaise Pascal

Le film de Terrence Malick, The Tree of Life, m'a replongé dans un petit livre que je n'avais pas ouvert depuis fort longtemps, et où j'ai trouvé ces lignes : Que l'homme contemple donc la nature entière dans sa haute et pleine majesté, qu'il éloigne sa vue des objets bas qui l'environnent. Qu'il regarde cette éclatante lumière, mise comme une lampe éternelle pour éclairer l'univers, que la terre lui paraisse comme un point au prix du vaste tour que cet astre décrit, et qu'il s'étonne de ce que ce vaste tour lui-même n'est qu'une... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 juin 2011

The tree of life, de Terrence Malick

Des images trop belles, trop nettes. Une imagerie qu’on pourrait qualifier « d’Epinal », si elle venait de France. Une tentative de démonstration froide. Pas d’émotion dans ce film, mais un discours religieux qui dit à peu près ceci : Dieu a créé le monde (et je n’étais pas là à ce moment pour en témoigner), et toute vie appartient à Dieu. C’est un discours que porte en voix off un mort, qui se demande comment faire pour que les survivants le rejoignent dans son paradis. Plage où tous les âges de la vie se... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,