31 juillet 2010

Monosyllabes

Un mot, une syllabe ; vous connaissez peut-être ce poème de Gérard de Nerval : El Desdichado(Le Déshérité) Je suis le ténébreux, — le veuf, — l'inconsolé,Le prince d'Aquitaine à la tour abolie :Ma seule étoile est morte, — et mon luth constelléPorte le soleil noir de la Mélancolie.Dans la nuit du tombeau, toi qui m'as consolé,Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,Et la treille où le pampre à la rose s'allie.Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?Mon front est rouge... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:15 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 juillet 2010

Black, de Pierre Laffargue

Film de série B, Black n’est pas un film à thèse. Et pourtant… XVIIIe arrondissement de Paris, Boulevard Barbès, rencontre d’un braqueur et d’un marabout ; le braqueur est dans un camion poubelle, le marabout le reconnaît comme étant un lion et lui annonce la proximité de la prophétie : il devra, assisté d’une panthère, tuer le serpent. La suite du film nous conduit à Dakar et le film vaut par ces images de la ville africaine, juxtaposant bâtisses coloniales et habitat précaire, circulation dense et routes poussiéreuses. Ainsi, un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 juillet 2010

Lhommequicompte, d'Isabelle Pinçon

Sous l’arbre du Luxembourg, ou plutôt dans une allée un peu à l’écart, Cheyne installe ses lectures à 18 h jusqu'au 31 juillet. Ce soir là, c’était Isabelle Pinçon. Elle parle des hommes et des femmes et des mots qui les relient. «Mon objet préféré n’est pas le mot, mon objet préféré est le mouvement du mot». Remarquons que mot est en mouvement ou plutôt qu’il l’ouvre et le conclut. Et que «le poète ne remplace pas les mots par d’autres mots». Parce que, ces mots, Isabelle Pinçon les prend pour dire l’intimité qui «n’a jamais vu... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 juillet 2010

30 ans d'édition de poésie, Cheyne éditeur

Les éditions Cheyne s’exposent au Jardin du Luxembourg jusqu’au 31 juillet 2010. 30 ans d’édition de poésie, un rythme régulier de nouveaux textes sortis du secret. Des auteurs déjà connus, d’autres découverts à l’occasion d’un prix (prix Kowalski, prix de la Fondation Bleustein-Blanchet), des « poèmes pour grandir » qui s’adressent aux enfants et aux adultes, des revues… Les livres de Cheyne sont beaux. Une jaquette à la couleur de la collection protège une couverture d’une autre couleur, et parfois vierge de toute... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 juillet 2010

34 Puñaladas, au Parc de Belleville

Paris Quartier d’Eté, comme chaque année, nous fait découvrir des artistes dans les jardins parisiens. Pour le premier concert de ce mois de juillet, le festival proposait 34 Puñaladas, un groupe argentin dont le chanteur dit qu’il ne parle ni français, ni anglais, ni espagnol, mais lunfardo, un langage de « Bombay Buenos Aires », et qui ranime la flamme d’un tango qui raconte des histoires plus qu’il n’invite à danser. Le rythme alors (1-1,2-1,2), on peut le marquer avec le pied, le taper dans les mains, mais c’est un rythme du cœur... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 juillet 2010

Dans la peau d'un youv, de Hamid Jemaï

D’abord un mot sur l’éditeur dont l’intention est de faire littérature avec ce qu’on appelle la culture hip hop. Donc, nécessité de ne pas s’en tenir à l’écrit, de ne pas se limiter au livre imprimé, mais de multiplier les accès : du son, de l’internet. Je ne sais pas si ça marche vraiment. D’autres auteurs, d’autres éditeurs font la même chose, et proposent des musiques, des lectures, des liens multimédia avec le livre. Mais je n’ai pas trouvé d’extraits vidéo ou sonores sur le site des éditions Sarbacane, notamment dans la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2010

La Vie, de Fabrice Caravaca

Au Marché de la Poésie, place Saint Sulpice, à Paris, au mois de juin, si vous passez au stand du Dernier Télégramme, Fabrice Caravaca vous y accueillera bien. Un mot, un bonjour, et la discussion s’engage simplement. Il publie Lucien Suel, Manuel Daull, Christophe Manon, Charles Pennequin, Vannina Maestri, Ouste (une revue). Il aime être là, pour vous rencontrer, c’est comme une évidence. La poésie, pour lui, c’est rencontrer, c’est un « espace d’échanges véritables », comme il l’indique en page d’accueil de son site. Et il... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juillet 2010

Je, tu, elle, il, nous, vous, ils, elles

Les pronoms personnels désignent : - Celle ou celui qui parle (première personne) ; - Celui ou celle à qui l’on parle (deuxième personne) ; - La personne ou la chose dont on parle (troisième personne). Ils peuvent être singulier ou pluriel. Cette semaine, nos textes seront construits avec ces pronoms personnels, qui apparaîtront dans l’ordre indiqué ci-dessus. Vous êtes libres d'aborder la question, le thème que vous voulez. Il suffit de faire des phrases. Exemple : ... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
23 juillet 2010

Arthur H, Adieu tristesse

C’est sa voix qui ne se laisse pas prendre, grave, rauque, unique. Cette voix qui ne chante pas, qui dit, qui traîne, qui monte parfois à des hauteurs où l’on ne croyait pas pouvoir la trouver. Je n’y suis pourtant pas immédiatement sensible. Et puis, il y a ce disque, pas récent, que j’ai l’impression d’avoir déjà entendu. Non parce que déjà connu mais plutôt comme si la musique éveillait en moi des sensations endormies. La première chanson, Adieu tristesse, et sa « poignée d’épices colorées », les deux voix de la seconde qui se... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 juillet 2010

Jasmin de Madagascar

Il était à la fenêtre de ma cuisine l’année dernière, je l’ai rentré cet hiver et l’ai laissé derrière le rideau, pensant qu’il avait pris froid, qu’il ne donnerait plus de fleur… Et il a attendu début juillet pour pousser soudain, comme si ça lui était une impérieuse nécessité, faire une nouvelle tige, puis une autre, et sortir de sous ses feuilles des fleurs.     La fleuriste près de chez moi l’avait vendu sous le nom de Jasmin de Madagascar. Elle a quitté la région parisienne au début de l’année 2010. Je... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,