100_0695

Les éditions Cheyne s’exposent au Jardin du Luxembourg jusqu’au 31 juillet 2010.

30 ans d’édition de poésie, un rythme régulier de nouveaux textes sortis du secret. Des auteurs déjà connus, d’autres découverts à l’occasion d’un prix (prix Kowalski, prix de la Fondation Bleustein-Blanchet), des « poèmes pour grandir » qui s’adressent aux enfants et aux adultes, des revues…

100_0694Les livres de Cheyne sont beaux. Une jaquette à la couleur de la collection protège une couverture d’une autre couleur, et parfois vierge de toute inscription. A l’intérieur, un papier assez épais pour garantir une bonne tenue, et une typographie simple, agréable à l’œil. Les livres de Cheyne concernent les cinq sens. L'exposition, très lumineuse, en témoigne.

C’est naturellement que cette maison d’édition installée en Haute Loire (Chambon sur Lignon), a créé les rencontres de l’été intitulées « Lectures sous l’arbre », et c’est aussi naturellement que l’exposition du Luxembourg comprend des lectures dans le jardin.

Quand j’y suis allé, nous étions une trentaine de personnes, et quelques oiseaux (attirés par la poésie ?) autour d’Isabelle Pinçon qui nous a lu des extraits de deux de ses livres publiés par Cheyne : C’est curieux et Lhommequicompte (je vous en dis plus demain).

Matin_BrunCheyne c’est aussi Matin Brun, un petit livre de Franck Pavloff, près de deux millions d’exemplaires vendus (1€). Un livre à mettre entre toutes les mains, qui dit ce qui advient quand on perd tout esprit critique et toute forme de résistance. Publié une première fois en 1998, il est encore d’actualité aujourd’hui, où s’insinue dans les discours politiques dominants la tromperie, et l’abus de pouvoir.