L’eau et le feu

Je suis arrivé à Nevers le vendredi après-midi et ce premier jour fut celui de l’eau et du feu. L’eau du bassin dans le Parc Salengro, bien sûr, et le feu du soleil que l’orage nocturne calmera bientôt. Mais aussi, et surtout, l’eau dans le spectacle de Rosie Volt, l’eau et le feu dans celui de Theater Leela, le feu dans celui de Creton’art et celui de Bilbobasso.

100_0468La natür c’est le bonhür, spectacle optimiste de Rosie Volt, emballe. L’arrivée des chèvres est saisissante. On s’attend à voir le troupeau se faufiler parmi les spectateurs, mais l’installation, ensuite, est un peu laborieuse. Rosie Volt joue admirablement de la voix et des trilles tyroliennes, mais elle se répète, fait un peu traîner le spectacle qui, à la fin, retrouve un rythme parfois perdu, pour gagner l’adhésion du public.

100_0462Autre clown, autrichien celui-ci, Christoph Priesner (Theater Leela) ne parle pas dans son Show Bizaar. Il arrive sur sa mobylette et n’aura de cesse d’organiser le public. L’installer autour de lui, accueillir le retardataire, photographier le photographe, répondre au portable qui vient de sonner… Il a bien observé ce public des spectacles de rue pour lui tendre ce miroir. Mais il nous amène surtout à ce final où, aidé d’une dizaine de personnes, il jongle avec le feu sur un fil tendu par le public lui-même.

100_0528Les Allumettiers, de Creton’art améliorent de ville en ville leur spectacle. Je les avais vus à Nogent. Ils sont revenus à Nevers où ils avaient présenté il y a un an les balbutiements de leur fresque du feu réalisée sans truquage mais non sans risque : le feu, on peut l’étouffer, mais il y a toujours quelque danger à jouer avec…

bilbobassoBilbobasso, au rythme d’un Polar nocturne, illumine le cercle sous les arbres du Parc en semant des flammèches, en dessinant des spirales enflammées, en soulignant les musiques interprétées en direct par les pas de danseurs de tango déjouant le piège des flammes au sol, dans l’air, agitant des éventails brûlant, faisant feu de tout liquide, écrivant et jouant une partition ignée, qui fut, pour moi, révélation. (la photo ci-contre est issue du site du Fourneau, Centre National des Arts de la Rue en Bretagne)